L'équaliseur (EQ), ou comment rendre votre mixage plus pro


Le pitch :

Vous intégrez une voix off à une vidéo ou une présentation, vous avez déjà compressé cette voix (car vous avez lu mon article à ce propos bien sûr), mais vous devez à présent la mixer à une musique. Vous voulez un 2e secret pour rendre votre mix plus pro ? L’EQ !

 

Temps de lecture :

environ 6'52

Crédit Photo : Ryan Bruce

L'EQ

Dans un article précédent, nous avons abordé une technique incontournable pour rendre une voix, et un mixage de bande son plus généralement, plus pro : la compression.

 

Avec ce traitement, vous avez déjà un bon niveau de rendu. Mais vous serez vraiment au top en vous intéressant aussi à l’équalisation de votre mixage, l’EQ.

 

Je suis certain que vous avez déjà croisé un EQ. On en trouvait parfois sur d’anciennes chaines HIFI, aujourd’hui ce paramètre peut se trouver sur certaines enceintes connectées ou numériquement dans les réglages de votre téléphone. Si vous avez déjà modulé le niveau de basses ou d’aigus, vous avez déjà touché à un EQ. 

 

Le principe est de moduler le volume d’une bande de fréquence (les basses, médiums, aigus, par exemple).

 

Expliquons le concept des fréquences, en restant très sommaire :

Notre oreille humaine est capable d’entendre une plage de fréquence, en Hertz, allant de 20 Hz à 20 000 Hz. Tout ce que nous entendons se situe donc dans cette fourchette. Officiellement, aucune séparation n’existe mais disons pour notre exemple que l’on peut schématiser les sons graves entre 20 Hz et 200 Hz et les aigus entre 6 000 Hz et 20 000 Hz. Entre les deux, se situe une grande plage qui contient les médiums. 

 

On peut dire que ce qu’il se passe dans les médiums est indispensable à notre sens auditif. Dans un dîner avec des amis, je peux couper entièrement les graves et les aigus, vous n’entendrez plus les sons sourds ni les couverts qui s’entrechoquent. Mais vous pourrez toujours suivre la conversation et reconstituer la plupart des autres sons altérés qui utilisent en majorité au moins une partie du spectre médium. A l’inverse, si je coupe les médiums, vous serez un peu mal à l’aise pour comprendre ce qui vous entoure.

 

Vous avez certainement remarqué qu’au téléphone la totalité du spectre ne passait pas. A sa création, le besoin était d’envoyer un signal qui prenait le moins de place possible sur les réseaux téléphoniques. Le téléphone étant dédié à la voix, son signal a été cantonné à une plage de fréquences dans laquelle se situe la voix, ou du moins la partie indispensable et intelligible de la voix. A savoir entre 300 Hz et 3000 Hz. Techniquement, la voix utilise des fréquences allant de 50 Hz à 10 000 Hz, c’est la raison pour laquelle on n’entend pas le côté aigu de la voix au téléphone.

 

Vous pensez peut-être que je divague en vous expliquant ces points un peu techniques. En fait, ces détails vous expliquent l’importance de la bande des médiums. Elle est très utilisée par la plupart des sons, et donc très encombrée. Cela devient plus concret lorsque vous ajoutez une musique derrière votre voix off. Même si vous baissez le volume de la musique pour laisser ressortir la voix, votre mix manque de clarté à cause de cet encombrement du spectre médium et, à l’écoute, vous devez vous concentrer sur la voix pour bien la comprendre.

 

C’est ici que l’EQ intervient. En modulant le volume d’une bande de fréquence spécifique sur la piste voix ou la piste musique, vous allez la mettre en avant ou en recul.


Exemple concret

J’ai une voix off, et une musique derrière. Je vous propose d’abord d’écouter ces éléments isolés.

 

Voici la voix off :

 

 

Voici maintenant la musique :

 

 

Voici ce que cela donne lorsque je mixe la voix et la musique ensemble, en baissant le volume de la musique (à -20 dB) :

 

 

Entendez-vous cet encombrement dans le spectre des médiums ? Là ou s’exprime la voix, la musique prends aussi beaucoup de place. Il faut se concentrer pour faire le tri et entendre le message. 

 

L’objectif est maintenant de désencombrer le spectre des médiums en baissant le volume de ce spectre sur la musique, afin de laisser place à la voix. Voici le visuel d'une courbe d’EQ lorsqu’il est plat, donc inactif :

 

 

Vous reconnaissez les bandes de fréquence en Hz sur l’axe horizontal (les graves à gauche, médiums au milieu et aigus à droite), ainsi que le volume en dB sur l’axe vertical. A présent, choisissons la bande de fréquence à baisser sur la piste musique (qui correspond à l'espace que je veux libérer pour mieux entendre la voix). Comme nous l’avons dit plus haut, la voix peut s’étendre de 50 Hz à 10 000 Hz. Mais si je baisse toute cette bande, je n’entendrai plus rien de ma musique ! Je vais plutôt me concentrer sur la bande d’intelligibilité de la voix, à savoir entre 300 Hz et 3000 Hz. Prenons un point médian, 1000 Hz, et baissons le volume à partir de là. En fonction de la musique, vous devrez baisser plus ou moins, c’est à sentir à l’écoute, disons entre -3 dB et -10 dB. Voici ce que cela donne visuellement : 

 

Vous voyez sur la capture précédente que nous avons baissé juste en dessous de 1000 Hz mais pas dans la bande que nous recherchons, entre 300 Hz et 3000 Hz. Il va falloir pour cela utiliser un autre réglage de l’EQ : le « Q » ou la largeur du spectre concerné par la courbe. Cela revient à écarter ou resserrer la bande de fréquence. Ici, je vais changer la valeur (entourée en rouge) pour « écarter » la courbe et obtenir une baisse progressive sur une bande plus large :

Voici ce que cela donne à l’écoute :

 

 

Nous disions que l’EQ pouvait mettre en recul une piste (c’est ce que nous venons de faire avec la musique) mais il peut aussi mettre en avant une autre. Et c’est ce que nous allons faire avec la voix. Les deux réglages peuvent d'ailleurs être couplés pour plus d'efficacité. Mettre un EQ sur une voix est indispensable pour la mettre en valeur. On peut la rendre plus chaleureuse en augmentant les graves, plus claire en jouant sur les aigus, plus douce en atténuant les médiums, etc. En pratique, il est nécessaire de faire un savant mélange de ces réglages qui peuvent être propres à chaque voix. Ayant mis plusieurs années à peaufiner mon setup, je ne vais pas le partager ici ;) mais en testant différentes combinaisons, à l’écoute vous serez à même de trouver la bonne qui rendra votre voix off parfaite. J’ai aussi ajouté un compresseur à la voix (voir l’article sur la compression), puis augmenté le volume de la musique puisque ma voix a maintenant plus de punch.

 

Nous y voilà ! Nous avons baissé le volume de la bande « médium voix » de la musique et mis en valeur la voix off en la rendant plus jolie, chaleureuse, claire, en fonction du but recherché. Voici ce que cela donne à l’écoute :

 

 

Entendez-vous la différence avec le premier mixage brut que nous avions écouté ?

 

La compression et l’EQ, ce sont deux outils indispensables qui font la différence entre les projets pro et les autres. Tout comme le compresseur, l’EQ est un outil professionnel, proposé en hardware et en software. A une échelle moins pro, vous pouvez aussi les trouver dans des logiciels gratuits : Soundforge sur PC ou Garageband sur Mac.

 

A vous de jouer !


Écrire commentaire

Commentaires: 0